Fort Boyard, 27e saison, dès le 2 juillet 2016 à 20h55 sur France 2

Publié le par Benoît

Fort Boyard, 27e saison, dès le 2 juillet 2016 à 20h55 sur France 2

Le samedi 2 juillet 2016 à 20h55, France 2 lancera la 27e saison du jeu d’aventures « Fort Boyard », animé par Olivier Minne. 10 émissions sont prévues jusqu’en septembre.

Fort Boyard traverse les saisons sans jamais prendre une ride. Son secret ? Se renouveler, sans cesse. L'émission culte n'en finit pas de faire rêver et de surprendre. Cette année encore, elle continue de faire rimer été avec nouveautés. Des nouvelles cellules aux épreuves extérieures inédites, en passant par une salle de conseil revisitée, tour d'horizon des innovations de cette saison.

Pour cette première émission de la saison, Le Fort reçoit Valérie Damidot (animatrice), Amir (chanteur), Flora Coquerel (Miss France 2014), Philippe Auriel (animateur),Pascal Soetens (animateur) et Jean-Luc Lemoine (chroniqueur).
Ils jouent pour l'association Perce-Neige.

 

Les nouvelles épreuves

Le Pays des merveilles
Le candidat doit récupérer la clé suspendue au plafond, à l’autre bout de la cellule. Pour l’atteindre, il doit sauter d’élément en élément. Le problème est que chacun d’entre eux est fixé sur un ressort géant ! Gare à la chute !

La Bibliothèque abandonnée
Le candidat doit récupérer un grimoire contenant un code mais fermé par une serrure. La porte de la bibliothèque où il se trouve étant condamnée, le candidat doit emprunter des chemins de traverse ! Après s’être faufilé dans une petite trappe, il rampe sous le plancher de la cellule et fait rouler le grimoire en passant ses doigts à travers les lattes du parquet. Habilité et… self-control sont de rigueur ! Car, petit détail, et pas des moindres : les lieux, envahis par la végétation, renferment de sympathiques habitants : des serpents !

Le Train fantôme
Confortablement (ou presque) assis dans le train fantôme, le candidat doit trouver les deux moitiés d’un indice permettant à son équipe de récupérer l’indice final. Lors de la première partie du circuit, le candidat, plongé dans le noir, reçoit de la visite : araignées, scorpions, vers ou lattes l’accompagneront pour le reste du voyage. Au cours de la seconde partie du circuit, exposé cette fois-ci à la lumière, le candidat cherche les deux moitiés d’un code sur les animaux qui l’ont rejoint. Et ce ne sera pas une mince affaire puisqu’au fur et à mesure des tours de circuit, les passagers à bord du wagon seront de plus en plus nombreux !

La Momie
Le candidat doit répondre à l’énigme du Père Fouras avant d’être complètement… momifié ! Dès que le maître des lieux commence à poser sa question, la terrible « machine à momifier », dans lequel est installé le candidat, se déclenche. Et il faudra vite trouver la réponse si le candidat ne veut pas finir en momie... et être fait prisonnier.

Le Vaisseau infernal
Deux candidats doivent communiquer ensemble pour récupérer la clé. Le premier, harnaché au poste de pilotage d’un vaisseau spatial, doit faire bouger la cellule au moyen d’un joystick. Le second fait face à un puzzle – fixé à la cellule mouvante – qui renferme une bille. À lui de guider son équipier dans ses manoeuvres pour faire bouger la bille, la faire sortir de son labyrinthe et pouvoir récupérer la clé.

Vertige et dépendance
Deux candidats sont harnachés au-dessus de la salle du trésor. Le premier, allongé et fixé à un treuil, tient une corde pour aider son coéquipier, en dessous de lui, à rester en équilibre sur un câble de funambule. La première moitié de code se trouve à mi-parcours. La seconde est, quant à elle, enfermée dans une cartouche, obligeant le candidat à lâcher momentanément son partenaire pour l’ouvrir.

Cotons-Tiges extérieurs
Un candidat tente de faire chuter, à l’aide d’un Coton- Tige, les charmants Mister ou Lady Boo. Le lieu du duel : une poutre perchée au-dessus de la mer. S’il parvient à faire chuter le lutteur, il pourra récupérer un code. À l’inverse, si c’est le candidat qui chute dans l’eau, l’épreuve est perdue.

Le conseil

Dans la salle de préconseil, le Père Fouras convoque les candidats via un miroir magique. À chaque convocation, la gueule d’une tête de tigre géante s’ouvre et le candidat s’y engouffre à quatre pattes. Le candidat réapparaît ensuite dans le couloir du conseil, où deux maîtres du Temps le conduisent jusqu’au trône du Père Fouras. Ce dernier désigne alors l’une des deux tables de duel qui s’ouvre comme par magie et laisse apparaître le jeu.
Le conseil se compose désormais de 4 duels. Il n’y a plus d’énigme. 
Chaque duel se joue en une seule manche. Le candidat qui remporte son duel face au maître fait gagner 30 secondes à son équipe dans la salle du trésor. Une fois terminé, le candidat sort et ne retrouve son équipe qu’à la salle du trésor.

 

Entre Olivier Minne et le Fort, l’aventure se poursuit, contre vents et marées, depuis quatorze belles années. Embarqué à bord du grand vaisseau de pierre pour le tournage de cette 27e édition, l'animateur délivre ses toutes premières impressions sur la nouvelle saison de Fort Boyard, cette émission culte qui n’a jamais cessé de se renouveler et de faire rêver.

Pour moi, c’est une très bonne saison. Avec, toujours, des équipes joliment contrastées, où se mêlent sportifs, artistes, enfants, Miss France, animateurs… Aujourd’hui, par exemple, nous avons tourné une émission avec, entre autres, le footballeur Éric Abidal, l’animateur Tex, le comédien Gil Alma ou encore la journaliste Clémentine Sarlat. Des candidats de tout âge et de tout horizon, qui ont volontiers joué le jeu et retrouvé leur âme d’enfant. D’autres, d’ailleurs, comme Vincent Dedienne ou Elliot Chemlekh, étaient vraiment comme des gosses ! Imaginez : ils ont grandi avec Fort Boyard et le défiaient pour la première fois de leur vie ! Oui, le Fort continue, encore et toujours, d'exercer toute sa magie…
Certaines épreuves, comme le saut à l’élastique, incitent les participants à repousser leurs limites. Tout comme les confrontations avec les insectes et les serpents, toutes les charmantes bestioles du Fort, provoquent bien souvent des cris d’orfraie de la part de nos candidates et candidats. Pour le coup, l’appréhension est unisexe ! Mais ce dépassement de soi est aussi l’une des grandes valeurs véhiculées par l’émission. Grâce à l’émulation du groupe, tout devient possible. Et puis, cet effort consenti par tous, pour la bonne cause, et non pour soi, exalte encore un peu plus ce magnifique esprit d’équipe.
J’ai déjà été candidat trois fois sur le Fort. Voilà pourquoi j’ai tellement de sympathie, d’empathie même, pour les candidats. Au moins, je ne suis pas un animateur qui propose des choses qu’il n’a pas expérimentées ! Non, je sais ce que c’est que le Fort… C’est rude… mais tellement joyeux ! Le challenge est incroyable, les situations improbables ! À la fin de la journée, tous les candidats sont éreintés mais heureux. Ce moment-là ne se vit pas ailleurs…
Le Fort s’agrémente de nouvelles cellules, comme « Le Pays des merveilles », un joli clin d’œil à Alice et à l’univers fantasmagorique de son auteur, Lewis Carroll. Nous avons aussi un décor situé entre Star Wars et 2001, L’Odyssée de l’Espace avec un vaisseau spatial traversé par des turbulences dès que les candidats le pénètrent. Ces nouvelles cellules apportent des univers un peu fous et visuellement magnifiques. Le père Fouras apparaît aussi dorénavant dans un miroir magique, un peu comme dans Blanche-Neige… Chaque année, le Fort tente donc de se renouveler. Ce qui contribue à faire de ce programme une émission hors du temps. Ni branchée ni ringarde, elle est devenue un moment culte, hors de tout. Fort Boyard est à part.
Je connais le Fort physiquement. Je le ressens charnellement. Je l’ai senti et ressenti. Je le connais dans ses moindres recoins. Parfois, par boutade, je dis que j’ai l’impression de l’avoir construit ! Et puis, je suis sans doute le seul animateur de télévision à avoir dormi dans son propre décor, trois ans d’affilée, à avoir littéralement fait corps avec lui ! Sans compter que ce décor est quand même un monument historique… Oui, entre le Fort et moi, c’est une longue histoire, une relation particulière, forte. Très forte.

Olivier Minne

Source : France 2

Publié dans France Télévisions

Commenter cet article