Médias le magazine: le sommaire de ce dimanche à 12h35 sur France 5

Publié le par Benoît

Médias le magazine: le sommaire de ce dimanche à 12h35 sur France 5

Ce dimanche à 12h35, Thomas Hugues, avec Laetitia Krupa (spécialiste de la communication politique), Julien Bellver (rédacteur en chef de Puremedias) et Alice Antheaume (spécialiste des nouveaux médias), présentera un nouvel opus de « Médias le magazine ». Au menu un décryptage, une analyse et des enquêtes sur les sujets médias qui font l’actualité.

En compagnie d'un grand témoin (philosophe, sociologue, patron de médias, politologue...), Thomas Hugues,   Laetitia Krupa, Julien Bellver et Alice Antheaume, apportent un éclairage et une analyse sur le traitement de l'actualité vue par les médias. Au sommaire de ce dimanche :

GRAND TÉMOIN : JÉRÉMY FERRARI

Dans le dictionnaire illustré à côté de l’expression « humour noir », on pourrait y mettre sa photo. L’enfant des Ardennes ose tout, et c’est à ça qu’on le reconnait. De Moi méchant ?, mis en scène par lui-même à l’âge de 17 ans à Vends 2 pièces à Beyrouth, en passant par la radio et la télévision, Jérémy Ferrari a trouvé sa place dans la famille des « défourailleurs de service » au côté  des Patrick Timsit, Stéphane Guillon et autre Guy Bedos.

Pour lui, la télé est son révélateur. Il s’est fait en à peine deux saisons dans l’émission On ne demande qu’à en rire et surtout son passage à On n’est pas couché,  face à Manuel Valls, en janvier dernier. Une passe d’armes qui l’a propulsé au-delà de « tout ce qu’il pouvait imaginer. »

 

LES MEDIAS EXPERTS EN EXPERTS ?

Les médias experts en experts ? Pas toujours. La semaine dernière, BFMTV a été dans l’obligation de se débarrasser de son expert en djihadisme, Romain Caillet… fiché « S » ! Avant même les conclusions de l’enquête, la chaîne info a pris les devants : « Depuis fin Mars 2016, Romain Caillet est intervenu à quelques reprises sur BFMTV en tant que consultant extérieur sur les questions de djihadisme (…) [Il] n’a pas jugé utile de préciser à la chaîne un certain nombre d’éléments importants de son passé (…). Dans ces conditions, Romain Caillet ne peut pas poursuivre son travail de consultant extérieur sur BFMTV. » La période étant au tout commentaire, naturellement les médias se trouvent embarqués dans une course effrénée à l’expertise, donc aux experts. Et pas facile de « caster » en continu ! En décembre 2014, Libération avait soulevé dans son article Samuel Laurent, attentat à la rigueur les questions de légitimité autour de ce consultant international « autoproclamé ». Un cas qui fait, depuis, jurisprudence. Il reste du travail. Reportage.

 

LE COUP DE COM’ : MONTEBOURG, UNE ASCENSION VERS 2017

François Mitterrand avait sa Roche de Solutré, lui a choisi un autre morceau de la Bourgogne, le Mont Beuvray, point culminant du massif du Morvan. Arnaud Montebourg s’élancera lundi 16 mai pour boucler sa séquence « je pourrais y aller en 2017 », démarrée dimanche dernier, sur France 2 face à Laurent Delahousse.

 

L’ACTU MÉDIAS
BARTHÈS, CALVI, MARGOTTON : LE GROUPE TF1 BÉTONNE

PRESSE : COMMENT LES MARQUES FONT FRUCTIFIER LEUR… MARQUE 

Le très prestigieux New York Times qui vous livre les ingrédients pour réaliser vos recettes préférées, découvrir « les mystères de la Grèce » avec le patron de L’Express, Christophe Barbier, comme guide suprême, les Iles britanniques dans le sillage de la reine Elisabeth II avec Point de vue, une crème de jour pour maman, un shampooing antipelliculaire pour papa et du lait hydratant pour bébé, L’Atelier Beauté Elle le propose en ligne 24h/24. Il est loin le temps où la presse n’était qu’un journal. Face à la crise, les grandes marques ont dû redoubler d’imagination, se diversifier, faire fructifier leur marque justement. Jusqu’où vont-elles pousser le curseur commercial ? Vendent-elles leur âme ? Que représentent ces nouveaux revenus dans leur budget ? Ont-elles d’autres choix ? Enquête.

 

L’ACTU MÉDIAS
PÉRISCOPE : UNE JEUNE FILLE SE SUICIDE EN DIRECT

DENIS DÉCODE : NORMAN, L’HUMOUR « NUMÉRIQUE »

 

LE DÉBAT : SADIQ KHAN, UN MAIRE MUSULMAN À LONDRES : ET ALORS ?

Il a 45 ans, fils d’un chauffeur de bus pakistanais et d’une couturière et, depuis quelques jours, maire d’une des plus influentes mégalopoles cosmopolites en Europe : Londres. Sadiq Khan, pur produit de l’école publique anglaise, a pris la place de Boris Johnson, le fantasque Conservateur. Sadiq Khan est, aussi, de confession musulmane. Et c’est ce point qui a divisé les médias du vieux continent, Hexagone compris.

« Sadiq Khan : le nouveau maire musulman de Londres » (BFMTV), « Le musulman Sadiq Kahn élu nouveau maire de Londres » (Valeurs Actuelles), « Il deviendra premier Maire musulman  de la ville » pour iTélé, la veille du scrutin. Titres, bandeaux, impossible d’échapper à la confession du nouveau premier édile, au-delà des clivages et de la couleur idéologique du support. Pourquoi l’identité du travailliste est-elle résumée ainsi dans les médias ?  Derrière sa « religion », il y avait pourtant un programme, une vision, un parti ont tenté d’argumenter ceux qui se posent en rupture avec ce « prisme facile ».

De nombreux médias britanniques comme The Guardian et le journaliste influent Jon Henley s’étonnaient de « l’obsession » française dans la couverture médiatique de la victoire de Sadiq Khan. Mais relever le caractère inédit d’un maire musulman à la tête d’une mégalopole, n’est-ce point aussi une façon positive et optimiste de souligner des perspectives progressistes dans nos sociétés occidentales ? Peut-on mettre dans le même sac ces médias avec ceux incapables de se défaire de leurs « convictions idéologiques » (ou qui en profitent pour les alimenter) ?

  

Source : France 5

Publié dans France Télévisions

Commenter cet article