Salariés à prix cassés, le grand scandale : ce soir à 20h55 sur France 2 dans Cash Investigation

Publié le par Benoît

Salariés à prix cassés, le grand scandale : ce soir à 20h55 sur France 2 dans Cash Investigation

Ce soir à 20h55, France 2 proposera un nouvel opus du magazine « Cash Investigation », présenté par Elise Lucet, sur le thème « Salariés à prix cassés, le grand scandale ».

Vous connaissiez l’évasion fiscale ? Elise Lucet et les journalistes de Cash Investigation vont vous faire découvrir « l’évasion sociale » ou la délocalisation près de chez vous.

« Travailler plus pour gagner moins » que les Français, bienvenue dans le monde merveilleux des salariés à prix cassé.

Depuis son instauration en 1996, la directive européenne 96/71/CE sur le détachement des travailleurs a bénéficié à plusieurs millions de salariés. En quinze ans, le recours à ces travailleurs n’a cessé d’augmenter. Revers de médaille : la fraude sociale des entreprises s’est, elle aussi, envolée. En 2010, en France, on estimait à 300 000 le nombre de travailleurs détachés non déclarés contre un peu plus de 200 000 « salariés légalement détachés ». Soit un manque à gagner pour notre système de protection sociale estimé à 380 millions d’euros*. 

Notre premier reportage nous mène sur le chantier du terminal méthanier de Dunkerque (pour le compte d'EDF), où des travailleurs détachés ont été exploités et dont la vie a parfois été mise en danger. Certains se sont même retrouvés avec des bulletins de salaire nuls après s'être vus facturer des frais, sans justification légale, de la part du sous-traitant italien qui les employait.

La deuxième enquête nous plonge dans l’histoire d’une fraude aux cotisations et à notre système de protection sociale mise en place par Atlanco Rimec, une agence d’intérim d'origine irlandaise mais domiciliée à Chypre et créée dans les années 90 par Michael O’Shea. Dans notre reportage, nous montrons que cette agence, aux multiples bureaux, n'a cessé d'escroquer des dizaines de milliers de salariés au quatre coins de l'Europe et a travaillé notamment pour de grands groupes du BTP, dont Bouygues. Elle avait ainsi fourni au groupe français 163 ouvriers polonais pour le chantier de l'EPR de Flamanville.
Outre le BTP, l’autre secteur le plus touché par les fraudes sociales est celui du transport routier. Nous concluons cette enquête par un reportage sur Geodis (filiale de la SNCF Logistics), qui a ouvert une filiale en Roumanie. Elle y emploie des chauffeurs roumains, qui perçoivent un salaire roumain alors qu’ils travaillent la majorité de leur temps en France.
Comme nous l’explique Alain Vidalies, le secrétaire d'État chargé des Transports, ce système qui tire la protection des salariés vers le bas détruit le bien-fondé de l’Europe et, par conséquent, attise le jeu des nationalistes.

 

Source : France 2

Publié dans France Télévisions

Commenter cet article