66 minutes: Un journaliste demande à des jeunes à se déguiser en clowns pour faire peur aux passants.

Publié le par Benoît

66 minutes: Un journaliste demande à des jeunes à se déguiser en clowns pour faire peur aux passants.

L’AFP a révé qu’un journaliste de 35 ans, travaillant pour une société de production audiovisuel, a demandé à des mineurs de se déguiser en clown et d’efferayer les passants à Douai (Nord) pour les besoins d'un reportage sur le phénomène des clowns agressifs dans le Nord Pas de Calais.

Le procureur de la République de Douai dénonce une pratique « inadmissible » : « J'ai convoqué dans mon bureau le journaliste, le rédacteur en chef et le patron de la boîte de production pour un rappel à la loi, car c'est inadmissible. Les policiers doivent s'occuper d'autres choses que des clowns provoqués par les journalistes ».

Le journaliste travaillait pour la société de production indépendante, Keep in News. Il réalisait un reportage pour le magazine d’information « 66 minutes », diffusé le dimanche à 17h20 sur M6.

M6 a réagit par communiqué de presse, se désolidarisant de ces pratiques : « M6 a découvert que la société de production « Keep in News » (K.I.N) n’a pas respecté le code de déontologie de la profession alors qu’elle tournait un reportage sur le « phénomène des clowns » dans le cadre d’une proposition de sujet pour la chaîne. M6 précise qu’elle se désolidarise évidemment de ces pratiques et qu’elle n’acquerra, ni ne diffusera le sujet concerné ».

 « Mercredi vers 19 heures, la police municipale a surpris dans un parc deux jeunes âgés de 16 ans habillés en clown qui tentaient de faire peur aux passants. Les deux faux clowns étaient suivis par un journaliste qui les filmait. Interpellés par la police, les deux jeunes ont raconté qu'ils avaient été contactés et recrutés par un journaliste de 35 ans sur Twitter afin d'illustrer la vague des "clowns agressifs", qui se développe en France depuis deux semaines. (…) Le journaliste, venu de Paris, a apporté les masques de clown. Un des mineurs était en possession d'une bombe lacrymogène » explique JeanMarcMorandini.com.

 « Il s'agit d'une provocation d'un mineur à commettre un délit, en l'occurrence des violences sur des personnes.Ce sont des faits réprimés de cinq ans de prison et de 150.000 euros d'amende. Il y a également une infraction à la vie privée car le journaliste n'avait pas demandé l'autorisation des parents alors qu'il filmait des mineurs. Les mineurs n'ont pas été payés par le journaliste, qui se sont juste vu offrir un verre dans un bar » selon le procureur de la République de Douai.

 

Source : AFP, M6, JeanMarcMorandini.com, Pure Médias

 

Publié dans M6

Commenter cet article