Refus du passage de LCI sur la TNT gratuite, Olivier Schrameck (président du CSA) répond aux accusations de TF1

Publié le par Benoît

Refus du passage de LCI sur la TNT gratuite, Olivier Schrameck (président du CSA) répond aux accusations de TF1

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a annoncé, mardi après-midi, le refus de passer LCI, Paris Première et Planète + sur la TNT gratuite. Les raisons de la décision du CSA, sont à lire dans cet article.  Les décisions étaient très attendues par les différents groupes audiovisuels. Les réactions sont à lire sur cet article.

Voici les dernières réactions dans cet article et notamment celle du président du CSA qui répond aux condamnation de TF1.

 

Olivier Schrameck, président du CSA, a répondu aux critiques de TF1 suite au refus du CSA de passer LCI sur la TNT gratuite. Sur France Info, il a critiqué le traitement de l’information, qui a été fait du dossier par TF1. En effet, la Une a ouvert son journal de mardi par une dizaine de minutes sur le sujet avec deux reportages et une interview de 4min30 du PDG de TF1, Nonce Paolini : « Il ne pouvait pas y avoir de plus éclatante et de plus malheureuse coïncidence que les huit minutes que TF1 a consacré en premier sujet à ce seul thème alors que nous sommes confrontés à une actualité dense et hélas tragique. (…) Une des raisons de notre décision tient aux liens très forts entre le groupe TF1, le plus puissant opérateur de télévision privée de notre pays, et LCI. C'est sur quoi d'ailleurs l'Autorité de la concurrence, qui vient de publier son avis, a insisté. Je crois que de ces liens, il ne pouvait pas y avoir de plus éclatante et de plus malheureuse coïncidence que les huit minutes que le journal de TF1 a consacré en premier sujet à ce seul thème alors que nous sommes confrontés à une actualité dense et hélas tragique. Je souhaite vraiment que le groupe TF1 accepte de maintenir cette chaîne. C'est la décision du groupe TF1, il lui revient de la prendre ».

 

Sur Europe 1, Olivier Schrameck a déclaré : « Nous n'avons condamné personne, encore moins "assassiné" comme a cru pouvoir le dire la directrice de l'information de TF1. Nous avons pris une décision d'analyse de l'équilibre et de l'orientation du secteur audiovisuel caractérisée par l'existence de 25 chaînes gratuites qui sont confrontées à de graves difficultés économiques, financières et publicitaires. La colère ne justifie pas tout, ces propos de la part d'une directrice de l'information sont disqualifiants. Je mets en garde contre des propos outranciers. Aujourd'hui, le groupe TF1 a à prendre des décisions de gestion. J'encourage fortement TF1 à prendre des décisions positives pour l'intérêt même du groupe et des salariés de LCI »

 

L'UMP s'interroge sur le « caractère politique » de la décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).

 

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a déclaré « Le gouvernement se devait de respecter la décision prise en toute indépendance par le CSA. Le président François Hollande a  évoqué le sujet pendant le Conseil pour rappeler l'importance essentielle qu'il accorde au respect de l'indépendance de toutes les autorités indépendantes, et en particulier du CSA ».

 

 Source : CSA, France Info, Europe 1, JeanMarcMorandini.com

Publié dans TNT

Commenter cet article